J’ai la chance de côtoyer de femmes extraordinaires, suite à plusieurs discussions que nous avons régulièrement, un sujet revient souvent sur la table. Célibataire ou en couple, les exigences de la vie et les attentes des gens que nous aimons font en sorte que de trouver du temps pour soi-même devient carrément un défi. En partageant son temps entre les enfants, son conjoint, sa famille, ses amis(es) et le travail, prendre du temps pour soi-même arrive en bas de liste.

Et la culpabilité de prendre du temps pour soi embarque! Lorsqu’on arrive à trouver quelques moments pour soi-même, la pression sociale entre en ligne de compte puisque tout doit être parfait ! C’est pourquoi autant de femmes pensent que trouver du temps pour elles-mêmes n’en vaut pas l’effort. Mais, on le sait que l’effort en vaut le coup, pas seulement pour le côté personnel, mais aussi interpersonnel.

Prendre du temps pour soi donne à ton cerveau une chance de redémarrer, d’améliorer la concentration, d’augmenter la productivité, d’aide à découvrir ou redécouvrir ta propre voix et permet de solutionner les problèmes avec plus d’efficacité et de jugement. Ça apporte également un meilleur sens de l'équilibre et de conscience de soi qui peut conduire à une meilleure compréhension de soi-même. Ce qui nous motive, ce qui nous inspire, ce qui nous passionne. Ça peut avoir un effet positif non seulement sur la qualité du rapport avec soi-même, mais aussi sur la qualité des relations avec les autres.

La chose la plus transformatrice qu’on puisse faire est de se rappeler qui nous sommes, de revenir aux sources et à nos valeurs fondamentales, être honnête avec soi-même. Mettre de côté tous les masques que nous portons et se vêtir du vrai soi! La précieuse, brillante, entière, intact, forte et j’en passe. Nous méritons de se faire traiter aussi bien qu’on traites les autres. Nous méritons d'être une priorité, pour pouvoir redonner !

Avez-vous le courage de te retrouver?





Cynthia Rose, coach Cardio Kickboxing

offert par l'Académie Arts Martiaux Brossard, Facebook