Plogging : contraction des mots Plocka Upp (verbe ramasser en suèdois) et jogging

Origine : Suède

Définition : Courir en ramassant les déchets sur notre trajet

La tendance est au plogging. Le principe de base est relativement simple. Lors de ta sortie de course à pied, tu traînes avec toi un sac de plastique dans lequel tu y déposes les déchets que tu trouves sur ton parcours. Ça fait «du bien» à l’environnement tout en te permettant de faire des entrainements en fractionnés. Wow! Quelle belle tendance! Mais dans les faits, est-ce si facile de faire du plogging? Est-ce utopique de pratiquer le plogging?

J’ai lu quelques articles à ce sujet. Les premiers articles que j’ai consulté m’ont fait aimé le concept. J’étais même prête à l’essayer lors d’une de mes prochaines sorties de course. Je suis la première à crier au scandale quand je trouve un emballage de barre protéinée sur mon trajet lorsque je cours en montagne alors l’idée de ramasser ce que je trouve ne me semblais pas trop impensable.

Je suis ensuite tombée sur un article du Urbania. C’est à ce moment que la réalité m’a rattrapé. Il est vrai que le concept est alléchant, intéressant et, surtout, vert (parce qu’en 2018, la tendance est au vert). Cependant, en lisant l’article, j’ai réalisé qu’il n’y a pas seulement que des emballages de barres protéinées qui trainent sur mes différents parcours. Bouteilles de verre, mégots de cigarettes, restes de nourriture, chaussure brisée,… Ouin ! Finalement, ce n’est pas d’un petit sac de plastique dont j’aurais de besoin, mais d’un bac à ordure sur roulette.

Donc ! On en fait quoi du plogging !?! On adhère ou pas !?!

Je crois, qu’à la base de tout, il faut se regarder comme personne. Il est clair qu’on ne peut pas changer tout le monde et que ce n’est pas tout le monde qui est prêt également à changer. Et je n’ai pas d’impact sur la société entière non plus. Je ne pourrai probablement jamais remettre à l’ordre la personne qui a laissé ses patins à roulettes sans roulettes sur le bord de la piste cyclable. Je ne pourrai non plus jamais réprimer celui ou celle qui a laissé sa vieille valise carottée vide au coin du parc. Mais je peux essayer d’avoir un impact sur moi et sur mon entourage immédiat.

Donc ! Ploggons (LOL !),mais logiquement. Sortir avec mon sac de plastique ne m’intéresse guère. Lorsque je sors courir ce n’est pas pour faire une campagne de nettoyage de la ville, mais pour courir. Cependant, je peux continuer à ramasser ce qui me semble logique à ramasser lorsque je cours. Il y a de nombreuses poubelles tout le long des pistes cyclables et elles sont, généralement, bien entretenues. Donc, il est très facile de ramasser un carton d’emballage et attendre le prochain panier à ordures pour y déposer le déchet. Mais malheureusement, je ne serai pas la coureuse qui va repartir avec les patins à roulettes ou la valise sous le bras pour faire «du bien» à mon environnement. Je vais laisser ça aux personnes qui sont supposés entretenir nos terrains.

ET SVP !!! AVIS AUX SPORTIFS EXTÉRIEURS !!! Ramassez vos emballages de gels, barres, jujubes, trucs à l’érable !Les poils me dressent à chaque fois que je vois un emballage de suppléments de sportifs qui trainent dans la rue, sur une piste cyclable, sur un sentier ou même en haut d’une montagne.C’est un peu à contre sens vous ne trouvez pas !?! On ne peut pas se balader en forêt prétextant que la nature est la plus belle des choses qui soit tout en jetant son sachet de gel au sol… Ben ! Messemble que c’est illogique … !?!

En tout cas !Adhérez ou pas, mais la base du Plogging n’est certes pas une mauvaise idée pour nous conscientisez sur notre pouvoir sur la conservation de nos aires d’entrainement.


Amélie Gauthier


Amélie Gauthier
Ambassadrice MonGymEnLigne
Masso-kinésithérapeuthe
Entraîneur spécialiste