Du 26 novembre au 2 décembre prochain, c’est la semaine nationale de la sensibilisation aux dépendances. Mon objectif, aujourd’hui, n’est pas de vous parler des types de dépendances puisque je dois lire davantage sur le sujet, mais je sais que les dépendances sont diverses : l’alcool, la drogue, le jeu compulsif, les achats compulsifs, la cyberdépendance, la dépendance affective, etc. Il y a également plusieurs autres types de dépresseurs, de stimulants ou d’autres produits qui créent des dépendances. Le message que je désire passer, c’est que si la dépendance devient ton combat ou celui d’un proche… IL Y A DE L’AIDE.

Je suis touchée par cette problématique, et ce, de plus près que vous pensez ; c’est pourquoi je désire aborder ce sujet avec vous. Je crois que, dans tout ça, il est important de trouver un équilibre. Si vous n’êtes plus en mesure d’avoir un équilibre, allez chercher de l’aide, car tôt ou tard, vous risquez d’engendrer d’autres problématiques tels que les problèmes d’endettements, les risques suicidaires, etc.

Je côtoie régulièrement des gens qui sont allés en cure fermée. Ce dont je me rends compte, c’est qu’il y a encore un malaise aujourd’hui à aborder le sujet. Pourtant n’est-ce pas une grande fierté ? Soyez fier de ce que vous accomplissez et levez la tête haute, car vous vous êtes affirmés au lieu de continuer vers un soulagement immédiat de la douleur par l’alcool, la drogue ou le jeu.

Je vous donne un défi : essayez de ne pas consommer pendant une semaine ou deux et demandez-vous si vous êtes capables de continuer. Êtes-vous capables de vous en passer ? Si vous n’êtes pas en mesure d’arrêter une semaine ou deux, demandez-vous où vous en êtes dans votre consommation : avez-vous besoin d’aide ? Avez-vous besoin d’en parler ? Plusieurs organismes peuvent vous aider. Utilisez un outil de recherche comme Google. Il y a également plusieurs endroits où se tiennent des meetings (une application cellulaire permet de les localiser). Faire ses propres démarches est un premier pas vers la libération et la guérison.

Et si je vous créais une bonne dépendance? Faire de l’activité physique, c’est bon pour votre bien-être physique et mental, donc l’exercice physique aide à la guérison de votre âme. Soyez fiers de ce que vous accomplissez. Demeurez positif. Il y a toujours des hauts et des bas dans la vie, mais n’oubliez pas que vous n’êtes pas seuls et qu’il y a toujours un soleil qui brillera tôt ou tard pour une vie meilleure. Persévérez et donnez-vous des objectifs réalistes.




Caroline Imbeault, TTS et ambassadrice pour MonGymEnLigne

MissSquad escouade@mongymenligne.com