Dans le cadre de la période des résolutions, MonGymEnLigne désire sensibiliser la population sur l’impact des médias sur leurs objectifs. Les messages actuels dans l’industrie du « fitness » limitent le potentiel physique et mental des femmes et des hommes, en présentant des modèles stéréotypés en quête d’idéal-minceur ou du standard corporel parfait et musclé.

Ce contexte crée des problèmes de santé majeurs - notamment des troubles alimentaires et psychologiques (stress, anxiété, dépression…). Par le biais d’une vidéo d’environ une minute, MonGymEnLigne démontre l’omniprésence des standards et des mythes véhiculées à travers les médias actuels. Grâce à cette prise de conscience, MonGymEnLigne crée un changement d’attitude vis-à-vis des gens par rapport à eux-même et leurs potentiels dans le monde.

Ainsi, du 8 au 18 janvier, les gens sont invités à bouger pour leur santé et non pour atteindre des standards d’esthétisme irréalistes.

Motivées par leur vocation de promouvoir un mode de vie sain, les trois associées de MonGymEnLigne, Émilie Voyer, Maryline Provost et Cathy Lam, ont décidé de dénoncer les nombreux mythes et stéréotypes véhiculés dans l’industrie du "fitness" dans une vidéo-choc que vous pourrez visionner dès le 8 janvier sur la page Facebook et chaine Youtube de MonGymEnLigne.

« Nous vivons dans un monde où la pression du corps parfait est omniprésente. Nous sommes convaincues que diminuer l'obsession sur l'image du corps et le valoriser pour ce qu'il est contribuera à la santé globale de la population. », explique Maryline Provost, kinésiologue et associée de MonGymEnLigne.com.

« Notre objectif? Rappeler que la santé est beaucoup plus qu’un chiffre sur la balance. On motive les gens à être actifs pour leur santé globale, dans le plaisir et le dépassement de soi. », affirme avec conviction Cathy Lam, présidente-directrice générale.



Pour une troisième année consécutive, MonGymEnLigne profite de la période des résolutions pour remettre les pendules à l'heure. Cette entrevue à Radio-Canada de l'édition 2017, ayant pour porte-parole Joëlle Vaillancourt, mannequin taille plus, nous rappelle à quel point la pression est forte. "J'aimerais enfin dire aux gens que les modèles qui les représentent n'existent pas."