Si tu as lu mon dernier blogue, tu as vu que j’avais une baisse de motivation face à l’entrainement et que ma résolution était d’être capable de m’entrainer même si je n’avais pas de partenaire. Eh bien ! Quand j’ai vu passer le nouveau programme Tonik Body and Mind, je me suis dit : Annik, c’est pour toi ! Voici un petit compte-rendu de mes premières semaines.

Semaine 1

J’ai suivi les conseils des entraineures et j’ai placé mes entrainements à l’agenda avant que la semaine commence. J’ai réalisé ainsi que je pouvais placer une séance le matin cette semaine; je commence à travailler tôt et je n’en ai pas souvent l’occasion. C’est mon moment préféré pour faire du sport ! C’est donc une bonne idée de planifier sa semaine à l’avance.

L'entrainement de Cardio Kickboxing et de Tabata se sont déroulés à merveille. Ils m’ont permis de me rendre compte que mon cardio va super bien et que, malgré mon manque d’entrainement des dernières semaines, mes muscles existent toujours ! J’ai trouvé que les 20 minutes passaient rapidement, je suis habituée à des entrainements de 30. Par contre, pour reprendre sans me décourager, j’ai trouvé que c’était un format parfait. Et j’ai tellement sué pendant mon Tabata de 20 minutes, incroyable !

J’avais hâte de faire l’entrainement Pilates, car j’en ai fait seulement quelques fois. Je sais que mes abdos et mon tronc ont vraiment besoin d’être renforcis et je compte sur ces entrainements pour m’aider à gérer mes douleurs au dos. D’ailleurs, en faisant la première activité de développement personnel, j’ai choisi la santé globale comme critère santé MGEL à améliorer, notamment en ce qui concerne mes douleurs articulaires.

Premier constat : je suis si peu souple que ç’en est ridicule ! Mais bon, je fais mon possible et j’imagine que je verrai une amélioration. Deuxième constat : le Pilates, c’est forçant ! Mon corps a tremblé et j’ai eu des courbatures le lendemain. Pour mon dos, deux pôles : pendant un exercice, j’ai ressenti une douleur à la hauteur des omoplates, une barre s’est formée. J’ai alors cessé l’exercice et je me suis étirée doucement. Cela a passé. Étrangement, la nuit suivante, je n’ai pas eu mal au bas du dos comme c’est le cas habituellement depuis plusieurs mois. Je crois que les étirements de la fin de la séance y sont pour quelque chose. À suivre…!

Semaine 2

Je sens que ma motivation est déjà en croissance. J’ai même, cette semaine, ajouté un entraînement supplémentaire à mon horaire, un circuit de 30 minutes. Et je marche beaucoup pour mes déplacements maison-travail. Ma deuxième semaine de Pilates s’est bien passée, pas de douleur au dos cette fois et je me sentais plus en contrôle. Mais j’ai encore bien du chemin à faire pour renforcir mon tronc.

Cette semaine, l’atelier de développement personnel m’a fait réfléchir sur l’image corporelle. Même si, avec le temps, j’ai appris à mieux aimer mon corps, j’ai des progrès à faire pour dire que je l’accepte tel qu’il est, sans être préoccupée par mon image. Les deux énoncés sur lesquels je veux travailler davantage sont : accepter les habiletés et les particularités de son corps et accepter que son poids varie à l’occasion.

Semaine 3

C’est une grosse, grosse semaine. J’ai la tête très remplie de toutes sortes de préoccupations. J’ai moins bien planifié mes entraînements, de sorte que j’en ai deux à réaliser en fin de semaine. Par contre, je les ferai ! Pas question d’en manquer un. Si je n’y arrive pas , j’en reporterai un à lundi. Je suis contente de voir que ma motivation est là, même si je me sens dépassée cette semaine.

Sujet sensible pour l’atelier : le rapport à la nourriture. En réalisant l’activité, je remarque que j’ai des aspects à travailler pour avoir un rapport positif à la nourriture. Je me situe entre deux paliers. Au travail, on parle souvent des écarts qu’on a fait et de la culpabilité que ça nous apporte. Je vais discuter de cet atelier avec mes collègues, peut-être pourrons-nous nous aider à changer notre façon de voir les choses ? Objectif : manger pour nourrir mon corps et perdre le sentiment de culpabilité qui m’habite lorsque je me permets des écarts.

Ce programme est vraiment bien parti ! Comment se dérouleront les prochaines semaines, alors que les entrainements deviendront plus longs, mais les semaines tout aussi chargées ? Ma motivation continuera-t-elle d’augmenter ? À suivre !



Annik Gilbert

Maman, enseignante, ambassadrice pour MonGymEnLigne

Ambassadrice Beauty Counter


Le programme te parle?