Le printemps est arrivé (même si la température n'est pas au courant !). Comment faire abstraction des panoplies de revues qui ont comme page frontispice des filles/femmes en maillots de bain, des programmes de diètes détox pour un ventre de plage «full abdos» plusieurs photoshoppés à outrance, des comptes Instagram trop filtrés ?

La nouvelle campagne Bien dans son corps de la psychologue Stéphanie Léonard est vraiment super avec ses capsules et ses entrevues. Allez voir le site .

Ce n’est pas seulement pour les jeunes filles, mais bien pour toutes les femmes; en effet, nous voyons ça depuis notre adolescence et, sans nécessairement souhaiter ressembler exactement aux photos, car nous savons bien qu'elles ne reflètent pas la réalité, nous voulons toutes y ressembler un peu ou, du moins, modifier le corps que nous avons.

Même si on sait pertinemment que le corps de ces femmes/filles n’est pas réaliste, on se laisse avoir un tout petit peu par ces images et on se dit, en se regardant dans le miroir : «Ah ! Si je pouvais avoir moins de ci, plus de ça …» Retenir sa respiration pour rentrer le ventre, serrer ses cuisses vers l'arrière pour les amincir …. Ça finit par nous jouer dans le cerveau et voilà que, petit à petit, la roue des troubles de comportements alimentaires et les problèmes d’estime de soi s'installent tranquillement : on commence par couper les 3 P (pain, patate, pâtes), puis le sucre, les produits laitiers, le gluten, même les fruits, car ils contiennent du fructose... on se met à faire des cures de jus (qui en passant, contiennent énormément de sucre et zéro fibre), à s' entrainer beaucoup trop pour ce que notre niveau d'énergie permet, à ne manger que très peu de calories/repas par jour… Je pourrais continuer comme ça très longtemps, malheureusement, car des moyens plus farfelus les uns que les autres, il y en a des tonnes.

Si moi, à 38 ans, je suis encore influencée par tout ça, imaginez une adolescente ! Imaginez une jeune qui a vu depuis toujours sa mère, ses tantes, les amies de sa mère se soucier de leur apparence corporelle et en parler si souvent. Voici une anecdote réelle : il y a deux ans environ, la fille de cinq ans d'une amie ne voulait pas terminer son sandwich, car elle avait peur de grossir…

Comment les jeunes peuvent-elles lutter contre ces modes ? C'est très difficile, surtout lorsque, sur une revue, tu peux voir à la fois des titres comme «Aimez-vous comme vous êtes», «Le jean qui vous fera avoir l'avoir l'air d'avoir 10 livres en moins» et la photo d’un méga brownie... Comment fait-on pour s’y retrouver ?

Dans une entrevue accordée à Isabelle Maréchal cette semaine par, entre autres, Sophie Trudeau, on se demandait, mis a part l'éducation, ce que les femmes plus vieilles pouvaient et devaient faire pour montrer l'exemple et lutter contre cette industrie de l'image. Parmi les réflexions, on mentionnait qu’une très grosse partie de la solution pourrait être de ne plus acheter ces revues, de ne plus suivre les comptes Instagram de ces filles, de ne plus acheter ces produits faussement déclarés amaigrissants. Personnellement, je pense que les pharmacies et magasins santé savent très bien que cela ne fonctionne pas, alors ils ne devraient pas les garder sur leur tablettes.

Et vous, que faites-vous pour ne pas vous laisser influencer et embarquer dans les spirales de diètes, de cures, de XYZ nouvelles méthodes pour maigrir trop vite?

Que faites-vous ou qu'allez-vous faire de différent, maintenant, pour vous et pour apprendre aux plus jeunes à ne pas se laisser avoir par tout ceci?

Parce que le seul corps parfait pour vous est le vôtre ! Pas celui de toutes les KK (Kim-Kourtney-Khloé Kardashian) ou autres influenceuses de ce monde : LE VÔTRE!


Geneviève Fontaine

Naturopathe et entraineuse personnelle
Ambassadrice pour MonGymEnLigne