Aaaaaaaaaaaaaaaah les fringales!!!

Doit-on les remplacer? Y succomber? Les éviter?

Les fringales …

Que dire de ces envies qui nous prennent la plupart de temps quand nous n'avons rien à faire, ou lorsque nous avons de la difficulté à gérer certaines de nos émotions, quand nous humons l'odeur de la nourriture ou que nous voyons les gens manger à la télé (comme moi qui écoute Foodnetwork à 11h00 le soir hahaha! )!!!

Il y a aussi celles que nous, femmes en hormones proches d'avoir nos règles, avons quasi toutes: les fringales de sucré... La liste est longue!

Mais, quoi faire quand elles arrivent et qu'elles nous font dévorer tout ce qui nous tombe sous la main? (lire ici: nous faire manger vraiment ce que nous fantasmons en fringale comme le sucre ou le gras)

1- Trouver la source ''réelle'' de cette fringale.

Nous pourrions nous poser les questions suivantes:

  • Ai-je vraiment faim?
  • Est-ce que j'ai assez mangé ou me suis-je limité(e)?
  • Pourquoi je désire manger tel ou tel aliment?
  • Comment je me sens présentement pour que soudainement je ressente le besoin de manger?
  • Ai-je le goût de manger pour tromper l'ennui?
  • Suis-je fatigué(e), déshydraté(e)?

Aussi, il y a toutes les autres questions qui pourraient vous donner des pistes sur la cause de cette fringale. Bien souvent, si on ne dort pas assez, le lendemain nous serons tentés de manger des aliments sucré/gras pour compenser le manque d'énergie dû au manque de sommeil même nous n'avons pas faim. Souvent, nous pensons que nous avons faim, mais en fait nous avons soif. Beaucoup de personnes ne mangent pas assez lors des premiers repas de la journée pour essayer de contrôler leur apport calorique et se retrouvent avec de très grosses fringales plus tard dans la journée pour compenser le manque de nourriture dont le corps a besoin pour se concentrer au travail ou à l'école.

2- Une fois la cause trouvée, choisissez votre action.

  • Vous pouvez y succomber sans remord et l'assumer complètement, ce qui est 1000 X plus bénéfique que de se culpabiliser de l'avoir fait.
  • Vous pouvez boire un verre d'eau pour voir si vous avez vraiment faim ou soif.
  • Vous pouvez analyser l'état dans lequel vous êtes: fâché, triste, ennuyé. Puis, ne vous reste qu'à "dealer" avec votre émotion et ne pas succomber.
  • Si vous êtes fatigués, étirez-vous, prenez de l'air, hydratez-vous ou faites une sieste express de 15-20 minutes.

Pour celles à l'approche des règles ou carrément dans la période, donnez-vous le droit d'écouter vos fringales à l'occasion, car ne pas le faire rendra vos symptômes de SPM encore plus pénibles puisque vous serez en mode privation de quelque chose qui est un peu hors de votre contrôle: la rage de sucre.

Bien souvent, l'erreur de la plupart des gens est de les éradiquer de leurs pensées, tentant de se bloquer, de ne pas les entendre, de les ignorer, de ne pas essayer de les comprendre ni de les analyser et ni de trouver une solution.

En faisant cela, nous développons une tendance à les aggraver et cela nous aspire dans une spirale de culpabilité et d'une baisse de l'estime de soi. En effet, nous nous sentons incapables de les contrôler si nous y succombons. Par conséquent, les troubles de comportements alimentaires s'installeront puisque nous deviendrons irrités, impatients de ne pas pouvoir nous retenir ou restreindre/interdire certains aliments que nous "fringalons" ( oui! oui! fringalons c'est le terme que j'ai inventé pour traduire les ''cravings''! ).

Avoir des fringales, c'est bien normal! Tout dépend du type et des raisons de leur apparition. En comprendre la provenance va nous aider à trouver notre action et être en paix avec celle-ci et enrayer cette culpabilité que beaucoup ont face aux fringales.

Probablement qu'en lisant ceci vous en développerez une, alors...

Bonne fringale :)


Geneviève Fontaine